KUMONRYU

Le kumonryu est un magnifique koi doitsu. Il résulte du croisement entre un matsukawa-bake (wagoi blanc avec du sumi sur le corps) et un doitsu goi. Le matsukawa-bake est lui- même une évolution du suminagashi (koi blanc avec des écailles noires). Le kumonryu est donc un doitsu blanc qui possède de zones de sumi comme le matsukawa-bake.

Pour le reconnaître, les marques de sumi doivent être importantes voir étendues pour ne pas le confondre avec un shiro utsuri doitsu qui a des zones plus localisées ou encore un shiro doitsu bekko qui est caractérisé par des tâches réduites de sumi.

La coloration de cette variété est très sensible à la température de l’eau et au stress.

Le Kumonryu est un Doitsu d’un blanc éclatant avec des motifs d’un noir profond.

Pour les japonais, les dessins Sumi sur le corps du poisson symbolisent un dragon volant dans le ciel, le Shiroji représentant les nuages d’où son appellation dont la traduction la plus courante serait « nuage (en forme de) dragon ».Le nom Kumonryu est dérivé d’une légende qui raconte qu’un dragon (Ryu) se transforme en nuage et fonce dans le ciel.
Dans les pays extérieurs au Japon, ce koi est également appelé Orca Koi en raison de sa ressemblance avec l’Orque.
Il résulte du croisement entre un matsukawa-bake (wagoi blanc avec du sumi sur le corps) et un Shusui.

Le Kumonryu est assez sensible aux fluctuations de températures, à la qualité de l’eau, de Ph, de régime alimentaire,voire au stress. Ces fluctuations entrainent d’importants et multiples changements de pattern au cours de la vie du Koi sans certitudes toutefois sur l’élément déclencheur de ses « mutations ».De fait, le Kumonryu est l’une des variétés de koï les plus fascinantes et intéressantes à posséder.

Pour sélectionner le Kumonryu de vos rêves nous vous conseillons de porter attention sur différents critères :

Le body : comme pour tout koi, il doit être un des principaux points à observer.Les doitsu ayant une forte tendance à s’arrondir en vieillissant, il est conseillé de les choisir plutôt allongés. Le sumi doit être uniforme et profond dès le plus jeune âge.Si le pattern est trés fluctuant, la qualité du sumi perdure. Le shiroji doit être éclatant.

La teinte bleuté, héritage de l’ancêtre shusui, se transforme souvent en sumi, pour devenir en vieillissant complètement noire.De fait certains amateurs recommandent de préférer les tosais à prédominance blanche…

La séparation entre le blanc et le noir doit être très nette 5. Le pattern De par sa nature extrêmement changeante, les critères précédents doivent être privilégiés…

Le croisement de ce poissant fascinant avec un doitsu Kohaku a permis d’obtenir le Beni Kumonryu, poisson aussi coloré que populaireL

Laisser un commentaire